Contrairement a la musique ou j'ai un discours construit, il m'est difficile de trouver des mots pour parler de ce travail. La lente maturation de la technique musicale, la répétition, l'acquisition de la technique et de la rapidité de l'interprète n'ont rien a voir avec ce qui ici est un long apprentissage de la liberté. Liberté de la forme, des couleurs, des idées. Les mots qui me viennent sont hasard et fulgurance. Il est difficile de parler de ce qui appartient au domaine du jaillissement , de la fulgurance et du hasard. Hasard d'abord ou la rencontre d'objets usuels, ou inhabituels peuvent être détourné de leur fonction première et s'intégrer et appartenir a une esthétique autre. Ce genre de recherche a été longtemps l'apanage de l'art brut, mais maintenant, il fait partie d'un acquis artistique. D'autre part la fulgurance. La fulgurante est la faculté d'émettre des éclairs, et ce travail est le fruit d'une succession d'éclairs et de lueurs, ce qui éclaire un peu la route que je ne connais pas et dont la destination est inconnue, a chaque éclair, un tournant nouveau se dessine. c'est aussi la rapidité, la vivacité et la soudaineté de l'idée qui arrive. Le jaillissement est une ébullition, le passage d'un état de la matière a un autre, une sortie impétueuse, un saut. Une notion de violence car la non conceptualisation de ce travail en est une donnée de base. Un langage peut être, mais un langage qui semblable à la musique n'emploie pas de mots, mais envoie à des affects bruts sur lesquels, nous nous empressons de mettre des idées , des concepts et donc des mots. Mais chacun dans son sens avec toute la polysémie que recouvre ce mot. Pour parler plus précisément des pièces que l'on voit ici. Toute une partie, la partie principale est faite de suspensions dont le cadre est ouvert, la nature, avec chaque fois soit une ouverture vers cette nature soit pour certaines un enfermement sur soi même, et surtout avec la découverte du cercle. Je sais qu'il avait été découvert auparavant, mais je ne le savais pas alors, souvent il y a cette opposition de formes entre l'ardoise extérieure, qui a une forme angulaire, et les cercles intérieurs qui lui donnent sensibilité et douceur. Les matériaux différents donnent aussi une possibilité de varier ce langage, Le cercle est important car il génère un cadre, cadre que je vais utiliser dans ce que j'ai appelé les mobiles de table. ce cadre cercle, permet a ce mobile d'être lui, même dans l'environnement d'une maison , d'un bureau. Il enferme le mobile dans sa réalité propre, il est la justification de cet objet. Il est parfois aussi l'obstacle qui est explosé, et ne sert plus alors que de faire valoir. Le cercle de fer n'est plus que la définition d'un espace explosé. L'opposition est forte entre ce qui appartient au monde du dehors, dehors physique, le jardin , la porte, les arbres. Extérieur psychique, aussi, ce qui appartient a l'ouverture de la création, de la complexité de la crétion artistique de l'homme face a la nature, l'explosion de la nature, je pense au dieu Pan et de ses temples qui sont la nature, et qui sont en même temps une reconstruction mentale, et éthique du chaos de la vie. Dans l'autre cas c'est le monde du dedans, dans ce cercle qui est celui d'une tête, les idées sont limitées et définies par cet espace ou elles sont confinées, alors après arrive la transgression, ou subitement le cercle se brise. voila … Pour revenir a cette fulgurante, j'ai comme l'impression que le volume mou est mon prochain virage, mais qui sait, l'éclair n'illumine qu'une seconde.

Pourquoi ?

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player